Tel / WhatsApp: +33.660729160

Rouler à moto en France est-il encore possible ?

Présentation de l’auteur de cet article:

1300 FJRÀ 53 ans bien sonnés, je me pose cette question que nous sommes peut-être nombreux à nous poser: faut-il arrêter la moto ? Est-il judicieux, pour le porte monnaie, pour la passion ou la planète, de continuer à rouler à moto ?

Des motos, j’en ai eues pas mal depuis ma première 125 cm3 à l’âge de 17 ans. Entre sportives (350 RDLC, 500 RG-Gamma, 750 puis 1100 GSX-R…) mais aussi des plus sages (125 XLS, 125 Cm, 400 CBn, 500 CB, 600 Ténéré, 650 XS, 1000 California 2, K100LT ) puis ma petite dernière, que je promène depuis 6 ans, une Yamaha 900 Diversion. Je roule environ 20000 km par an, beaucoup pour le travail et un peu pour le loisir.

Peut-être parce que je ne suis plus trop débutant, j’ai un certain regard sur le monde de la moto et des motards. Ou du moins ceux qui se disent être motard. Pour ma part, je ne dis pas “être motard”. Je roule à moto. Voilà tout. Je roule aussi en voiture: une vieille Scénic et une Toyota hybride. Ça, c’est pour la famille ou quand la température descend au-dessous de 3/4 degrés. En effet, rouler à cette température-là, ça va sur 30 km, mais en ayant 75 pour aller travailler, on a vite de quoi se concentrer sur ses doigts glacés plutôt que sur sur la route.

Limite de vitesse à moto

On ne va pas se cacher. Il est difficile à moto de respecter la vitesse autorisée. Ce n’est pas impossible, mais la tentation est là, au poignet droit. On a beau aimer la planète et la respecter, il est tout de même très tentant de pousser un peu les gaz. Une ou plusieurs voitures devant nous qui roulent à 80, c’est quand même sacrément jouissif de pousser un tout petit peu les gaz pour les laisser derrière nous quelques secondes plus tard. Certes, en quelques secondes, on frôle aisément les 160 quand on se rabat mais on redescend très vite à 90/100; une vitesse raisonnable sur une nationale toute droite. Cette limitation à 80 km/h est une aberration et, me semble t-il, il n’a jamais été prouvé que cela réduisait le nombre de morts en France. Bref.

Contrôles de vitesse

Les gendarmes et policiers ne font que leur travail. Ils répondent à des ordres. Ils ont, eux aussi, une famille à nourrir et des factures à payer. Tant qu’ils ne jouent pas trop au cow-boy et qu’ils ne profitent pas de leur statut, il ne me gênent pas. S’ils me verbalisent et que je roule à 115 au lieu de 80, je ne peux en vouloir qu’à moi-même. Ils sont, eux aussi, des pions sur l’échiquier que constitue notre pays. Ce qui me pose problème, c’est qu’on puisse leur demander de “faire du chiffre”. Contribuer à remplir les caisses de l’État en jouant les gros bras et en titillant sur la moindre pseudo infraction largement discutable me pose plus de question. Mais en reconnaissant ses erreurs et en étant ouvert et objectif, il est possible de discuter avec l’humain derrière son uniforme. Il n’y a pas, comme beaucoup le disent que des gros connards qui portent un uniforme, aussi bleu soit-il.

Le problème, à mon sens, c’est la multiplication des radars automatiques et des radars embarqués. Là, objectivement, on sent bien la pression à chaque coin de rue, à chaque tronçon d’une route de campagne. Cela revient à ne plus avoir le droit de rouler comme on pense pouvoir le faire lorsque l’on est une personne sensée et responsable: en toute conscience et en toute responsabilité. Lorsque, au petit matin, je roule à 110 sur une départementale, sans intersection et sans voiture, ni devant, ni derrière: franchement et objectivement: où est le problème ? Bien conscient qu’une société doit incontestablement contenir des règles, je ne vois pas pour quelle raison, à part pour mettre de l’argent dans les caisses de l’État, il y a un radar sur une portion de route sans intersection, avec une glissière de sécurité de chaque côté…

Parking payant pour moto

Il est d’une logique implacable que de considérer qu’un deux roues prend moins de place qu’une voiture en ville. Il est également logique qu’en tant que deux-roues, on ne doit pas se garer sur un trottoir sans laisser la place pour le passage d’une poussette ou un fauteuil roulant. Payer le parking en tant que deux-roues, je dois bien l’avouer, cela devait nous arriver. Non, le problème, c’est lorsque la gestion des PV est faite par des sociétés privées. C’est un marché extrêmement juteux et ce sont encore nos libertés qui s’envolent un peu plus.

Sécurité du motard

La nouvelle homologation ECE 22.06 sur les casques est entrée en vigueur le 1 juillet 2022. Pourquoi pas. Si c’est pour notre sécurité. Mais pour notre sécurité, il serait bien que le gouvernement prennent ses responsabilités et redonne à nos routes leurs lettres de noblesse. Il est plus que nécessaire de pouvoir circuler sans risques de se gaufrer sur un nid de poule ou avec une glissière de sécurité coupe-tête. Aussi, avec une plus grande civilité entre les 4 et 2 roues, puisque la route appartient à tout le monde, il serait bien que nous puissions la partager en bonne intelligence.

Interdiction aux motos et scooters thermiques de rouler à Paris

La ville de Paris poursuit sa politique de chasse aux véhicules pour renforcer la piétonnisation, y compris les deux-roues construits avant 2007. Le but ? Arriver à un Paris 100% cyclable. Mesure radicale soutenue par de nombreux Parisiens.

Et demain ? Moto, vélo ?

Avec tout ça, peut-on encore rouler à moto ? Reste le plaisir. Mais avec la liberté qui a du plomb dans l’aile, même le plaisir s’amenuise chaque année un peu plus…

Motard en maison de retraite