Faut-il arrêter la moto ?

Faut-il arrêter la moto ?

Rouler à moto en France est-il encore possible ?

Présentation de l’auteur de cet article:

1300 FJRÀ 53 ans bien sonnés, je me pose cette question que nous sommes peut-être nombreux à nous poser: faut-il arrêter la moto ? Est-il judicieux, pour le porte monnaie, pour la passion ou la planète, de continuer à rouler à moto ?

Des motos, j’en ai eues pas mal depuis ma première 125 cm3 à l’âge de 17 ans. Entre sportives (350 RDLC, 500 RG-Gamma, 750 puis 1100 GSX-R…) mais aussi des plus sages (125 XLS, 125 Cm, 400 CBn, 500 CB, 600 Ténéré, 650 XS, 1000 California 2, K100LT ) puis ma petite dernière, que je promène depuis 6 ans, une Yamaha 900 Diversion. Je roule environ 20000 km par an, beaucoup pour le travail et un peu pour le loisir.

Peut-être parce que je ne suis plus trop débutant, j’ai un certain regard sur le monde de la moto et des motards. Ou du moins ceux qui se disent être motard. Pour ma part, je ne dis pas “être motard”. Je roule à moto. Voilà tout. Je roule aussi en voiture: une vieille Scénic et une Toyota hybride. Ça, c’est pour la famille ou quand la température descend au-dessous de 3/4 degrés. En effet, rouler à cette température-là, ça va sur 30 km, mais en ayant 75 pour aller travailler, on a vite de quoi se concentrer sur ses doigts glacés plutôt que sur sur la route.

Limite de vitesse à moto

On ne va pas se cacher. Il est difficile à moto de respecter la vitesse autorisée. Ce n’est pas impossible, mais la tentation est là, au poignet droit. On a beau aimer la planète et la respecter, il est tout de même très tentant de pousser un peu les gaz. Une ou plusieurs voitures devant nous qui roulent à 80, c’est quand même sacrément jouissif de pousser un tout petit peu les gaz pour les laisser derrière nous quelques secondes plus tard. Certes, en quelques secondes, on frôle aisément les 160 quand on se rabat mais on redescend très vite à 90/100; une vitesse raisonnable sur une nationale toute droite. Cette limitation à 80 km/h est une aberration et, me semble t-il, il n’a jamais été prouvé que cela réduisait le nombre de morts en France. Bref.

Contrôles de vitesse

Les gendarmes et policiers ne font que leur travail. Ils répondent à des ordres. Ils ont, eux aussi, une famille à nourrir et des factures à payer. Tant qu’ils ne jouent pas trop au cow-boy et qu’ils ne profitent pas de leur statut, il ne me gênent pas. S’ils me verbalisent et que je roule à 115 au lieu de 80, je ne peux en vouloir qu’à moi-même. Ils sont, eux aussi, des pions sur l’échiquier que constitue notre pays. Ce qui me pose problème, c’est qu’on puisse leur demander de “faire du chiffre”. Contribuer à remplir les caisses de l’État en jouant les gros bras et en titillant sur la moindre pseudo infraction largement discutable me pose plus de question. Mais en reconnaissant ses erreurs et en étant ouvert et objectif, il est possible de discuter avec l’humain derrière son uniforme. Il n’y a pas, comme beaucoup le disent que des gros connards qui portent un uniforme, aussi bleu soit-il.

Le problème, à mon sens, c’est la multiplication des radars automatiques et des radars embarqués. Là, objectivement, on sent bien la pression à chaque coin de rue, à chaque tronçon d’une route de campagne. Cela revient à ne plus avoir le droit de rouler comme on pense pouvoir le faire lorsque l’on est une personne sensée et responsable: en toute conscience et en toute responsabilité. Lorsque, au petit matin, je roule à 110 sur une départementale, sans intersection et sans voiture, ni devant, ni derrière: franchement et objectivement: où est le problème ? Bien conscient qu’une société doit incontestablement contenir des règles, je ne vois pas pour quelle raison, à part pour mettre de l’argent dans les caisses de l’État, il y a un radar sur une portion de route sans intersection, avec une glissière de sécurité de chaque côté…

Parking payant pour moto

Il est d’une logique implacable que de considérer qu’un deux roues prend moins de place qu’une voiture en ville. Il est également logique qu’en tant que deux-roues, on ne doit pas se garer sur un trottoir sans laisser la place pour le passage d’une poussette ou un fauteuil roulant. Payer le parking en tant que deux-roues, je dois bien l’avouer, cela devait nous arriver. Non, le problème, c’est lorsque la gestion des PV est faite par des sociétés privées. C’est un marché extrêmement juteux et ce sont encore nos libertés qui s’envolent un peu plus.

Sécurité du motard

La nouvelle homologation ECE 22.06 sur les casques est entrée en vigueur le 1 juillet 2022. Pourquoi pas. Si c’est pour notre sécurité. Mais pour notre sécurité, il serait bien que le gouvernement prennent ses responsabilités et redonne à nos routes leurs lettres de noblesse. Il est plus que nécessaire de pouvoir circuler sans risques de se gaufrer sur un nid de poule ou avec une glissière de sécurité coupe-tête. Aussi, avec une plus grande civilité entre les 4 et 2 roues, puisque la route appartient à tout le monde, il serait bien que nous puissions la partager en bonne intelligence.

Interdiction aux motos et scooters thermiques de rouler à Paris

La ville de Paris poursuit sa politique de chasse aux véhicules pour renforcer la piétonnisation, y compris les deux-roues construits avant 2007. Le but ? Arriver à un Paris 100% cyclable. Mesure radicale soutenue par de nombreux Parisiens.

Et demain ? Moto, vélo ?

Avec tout ça, peut-on encore rouler à moto ? Reste le plaisir. Mais avec la liberté qui a du plomb dans l’aile, même le plaisir s’amenuise chaque année un peu plus…

Motard en maison de retraite

    Je n’aime pas mes enfants

    Je n’aime pas mes enfants

    Je n’aime pas mon fils, je n’aime pas ma fille

    (ni mes petits-enfants)

    NOUVELLE

    Je n’aime pas mes enfants. Franchement, leur avenir m’importe peu. Qu’ils vivent ou pas, je m’en fiche. Mais ce n’est pas sans me questionner. En devenant parent, a t-on l’obligation absolue d’apporter de l’amour à nos enfants ?

    A t-on l’obligation d’aimer ses enfants?

    Je n’aime pas mes enfants. Mais en ai-je le droit ? Je me pose parfois cette question, le soir en m’endormant: je n’aime pas mes enfants. Et alors ? Je n’y peux rien, c’est ainsi ! Quand je les regarde, je ne vois rien de particulier. Je n’aime pas mes enfants. Un point, c’est tout. Mes enfants, je les ai eus à une époque où je faisais un peu n’importe quoi et avec n’importe qui. Et justement, leur mère, elle faisait n’importe quoi. Sous prétexte que ni elle ni moi n’avions de travail, elle avait commencé à faire des soit-disant “courses” pour deux ou trois types du quartier. Moi, j’aimais bien. Ça permettait de remplir le frigo ou d’acheter une télé dernier cri, histoire de regarder un match sur un grand écran. Puis un matin de septembre, au lever du jour, les flics sont venus et ont mis un bazar incroyable dans tout l’appartement. J’ai dû tout ranger après leur départ. Elle a été enfermée pour trois ans, mais moi, j’ai eu le sentiment de prendre 18 ans ferme: je me suis retrouvé seul à gérer le quotidien des deux nourrissons. Jusqu’à leur majorité, je savais que ce serait très long.

    À sa sortie au bout 30 mois pour bonne conduite, je n’ai pas voulu la revoir. Et comme elle écartait souvent les jambes pour s’acheter ses doses, elle a été déchue de ses droits parentaux, ce qui ne m’a pas vraiment arrangé je dois dire. Pas facile d’élever seul des enfants que l’on n’aime pas. 

    Mes enfants, ils sont là. C’est tout. Je n’aime pas mes enfants. On habite ensemble et ils ont la même valeur à mes yeux que le pot de laurier-rose sur ma terrasse, mon salon Ikea ou ma voiture. Non, pas ma voiture. Quand-même pas. Au prix où je l’ai achetée, on ne va quand même pas tout mélanger. Le laurier-rose, lui, je l’ai déplanté sur le rond-point de mon village une soirée arrosée avec mes amis. Le salon Ikea, je l’ai acheté sur un site d’annonces à moindre coût, après une longue négociation avec la jeune fille qui le vendait car elle avait vraiment besoin d’argent. Bon négociateur, j’ai dû le payer 30% de sa valeur alors qu’il était presque neuf. Une belle affaire en somme. Je me souviens qu’elle pleurait quand je suis parti avec pour si peu d’argent. Mais elle me le disait elle-même: endettée, elle n’avait pas le choix. Moi, j’étais vraiment fier de moi, d’avoir contribué à faire une bonne action pour la jeune fille. Un an plus tard environ, je l’ai vue dans une rue de Nantes, assise sur un carton. On a discuté un peu. J’étais heureux qu’elle se souvienne de moi. Alors je lui ai donné un Euro en signe de reconnaissance.

    Un type normal

    Je me présente. Je m’appelle Fabrice et j’ai 53 ans. Je pourrais tout autant m’appeler Élodie, Lucette ou Pierre-Alexandre. Donald Zemmour ou Jean-Luc Séguéla. L’individu que je suis n’a aucune espèce d’importance. Ce qui importe là, c’est mon comportement. Ou plus précisément, le comportement qu’Olivia me reprochait.

    Je suis issu d’un milieu ouvrier -j’allais dire classique- et ma foi, je ne me plains pas trop de ma situation sociale. Je grimpe peu à peu les échelons de mon entreprise et j’espère bien arriver le plus haut possible. Jusqu’à une certaine limite tout de même. Je ne tiens pas à ce que trop de responsabilités me pèsent sur ma frêle silhouette, mais j’espère arriver un peu au-dessus de mon entourage, histoire de me sentir aimé et respecté. Même si je n’aime pas mes enfants.

    Enfin… admiré, surtout !

    Mon statut professionnel, mon salaire, ma situation familiale ou matérielle sont autant de caractéristiques qui font de moi un type normal qui a réussi. Et j’aime bien que ça se voit, tout en étant à l’extrême limite de ne pas le montrer ouvertement ; que ça paraisse le plus naturel possible.

    Certes, je ne dis pas que je ne fais que des choses parfaitement morales, mais à part moi et mes enfants qui, devenus grands, sont maintenant autonomes, personne ne le sait. Donc tout va bien. À cet instant, je suis presque certain que vous vous demandez quelles sont ces choses plus ou moins morales que je pourrais éventuellement me reprocher. Et toi, mon cher lecteur, fais-tu uniquement des choses parfaitement morales ?

    Allez. Je te laisse réfléchir.

    … ?

    …  …. ! ??

    … … ? … !!! 😉

    Je savais bien. Tu es donc un humain. Tout comme moi. Tu peux donc poursuivre cette lecture en ma compagnie.

    Je suis donc un type tout à fait normal. Bien conscient de ce que je suis et ce que je fais dans l’intimité. Je ne m’aime pas vraiment mais peu importe; je suis entouré et même, je peux le dire: je suis admiré. J’essaie de ne pas trop me rappeler qui je suis en réalité. Cela tombe bien: j’ai beaucoup d’amis et tout le temps que je passe avec eux ne me laisse pas trop de temps pour penser à moi. Enfin… à moi, si, j’y pense. Mais pas à mes agissements, à mes actes quotidiens.

    C’est du moins ce qu’elle me reprochait: elle me l’a dit dans sa lettre de séparation que je viens de découvrir sur la table:

    “Fabrice. Je ne prends pas souvent le temps de t’écrire. À part un post-it sur cette table pour te souhaiter une bonne journée signé d’un cœur à la place du O dans mon prénom. Réponse que je n’ai d’ailleurs jamais. Et que je n’aurai jamais. Je t’écris cette lettre pour te dire que des petits mots, justement, tu n’en auras plus. C’est le dernier. Je te quitte parce que je découvre chaque jour un peu plus le gros connard qui se cache derrière ta belle gueule de beau gosse. Voici comment je te vois. Voici pourquoi je te quitte:

    Tout d’abord, tu ne le sais pas, mais j’ai découvert qui étaient tes jumeaux. Un beau jeune garçon, une belle jeune fille de 21 ans qui, de toute évidence, ont préféré couper la relation toxique qu’ils avaient avec toi. Et ils m’ont aussi fait connaître Fabienne, leur mère qui certes, a un passé, mais qui s’est joliment sortie d’affaire et qui est non seulement très respectable, mais aussi parfaitement heureuse dans sa vie; elle est même devenue une amie… Je me permets là de te donner de leurs nouvelles: ils vont bien depuis qu’ils se sont construits loin de toi. Ils m’ont ouvert les yeux sur ce que mon inconscient voyait, mais pas ma raison, pas mon cœur. 

    Mais ce n’est pas tout…

    connard au volant— Tu t’es acheté un gros SUV parce que notre voisin (que tu n’aimes pas trop) en avait acheté un. Tu en as donc acheté un plus gros. Vous auriez mieux fait de vous comparer la bite: ça nous aurait coûté moins cher. Mais tu étais loin de pouvoir gagner. Non pas que je connaisse le voisin dans l’intimité, mais il serait vraiment étonnant qu’il ait pu perdre à ce petit jeu avec toi. Et d’ailleurs, il n’y a qu’à voir le bonheur que respire sa femme pour comprendre. Mais comprendre, ce n’est pas donné à tout le monde. Décidément, tu es nettement moins bien équipé que la bagnole que tu bichonnes. Avec ce gros SUV, tu joues les gros bras, à te garer souvent à cheval sur un trottoir ou dépassant largement une place de parking. Bah oui, prendre deux places te permet de t’imposer, de montrer que tu en as une plus grosse et qu’il ne faut pas s’approcher trop de toi… Accélérer comme un con pour doubler un voiture qui elle, respecte le code de la route ? Tu sais faire. Ça te permet de lui en foutre plein la vue et plein les narines. Et le nuage noir qui traînera quelques secondes derrière ta bagnole te font juste sourire. Et tout ça sans clignotant, bien entendu.

    — Tu veux partir en voyage à l’autre bout de la planète (en avion: pas en train ou à vélo alors qu’on a de très beaux paysages dans notre région) juste pour le plaisir d’envoyer une carte postale à tes collègues. Et tu n’es même pas capable d’en envoyer une à ta famille. 

    — Tu vies dans une petite maison fade, sans vie, aménagée sans goût. Le principal pour toi étant que ce que tu achètes soit assez cher: consommer te rassure. Tu penses qu’en achetant, en consommant à tout-va, ça te rend plus vivant. Seuls les gens qui ont réussi, qui ont un certain niveau de vie peuvent se permettre ces objets futiles que tu achètes. Le pauvre ne peut rien acheter. Ça te rassure sur ton statut social.

    — Tu t’achètes le dernier téléphone que tu prendras soin de déposer bruyamment sur la table du bar, avec tes clés de voiture. Téléphone que tu n’utiliseras qu’à 20% de ses capacités parce que “c’est quand même un peu compliqué ces outils là”. Bien entendu, hors de question de le dire devant les potes ! Non, là, tu sais décrire toutes ses possibilités techniques que tu as bien apprises par cœur. Et tu n’oublieras pas, quand-même, d’en indiquer le prix exorbitant. Le savent-ils, tes potes, que tu te l’es payé en dix fois ?

    Tout cela, je le savais et je l’ai accepté durant les deux ans de notre relation. Mais tu as heureusement des qualités. Mais en découvrant peu à peu que tu es un être d’apparence, j’ai fini par oublier ce qui m’avais séduit chez toi. 

    Fuck you GretaMais la petite goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est lorsque je te suivais de loin, en voiture. J’ai vu tout à coup quelque chose s’envoler derrière ta grosse BM et j’ai reconnu un masque chirurgical. Difficile de passer à côté: il a atterri sur mon pare-brise. Jeter un masque en pleine nature. Un masque en matière plastique, quoique puissent en faire penser les apparences. Et tu ne pourras pas me dire que ce n’était pas toi: le masque ne sortait pas du dessous de ta voiture mais d’une vitre à gauche. As-tu une petite idée de la destinée de ces matières plastiques dans la nature ? Le nombre de décennies qu’il faudra à la planète pour que ton geste soit effacé ? Les micro-plastiques de ton masque partiront dans les fossés, puis vers un ruisseau, une rivière, et certainement, de longues années plus tard, dans l’océan. Durant tout ce temps, il se sera désagrégé un petit peu, en déposant des fibres de plastique partout sur son passage, dans l’eau que tu boiras avec ton pastis, jusqu’au poisson que tu mangeras dans un restaurant chic avec une femme d’un soir. Comme je l’ai été, sous ton charme et tes paroles loin d’être en cohérence avec tes actes. 

    Je n’irai pas te souhaiter un bon cancer après avoir ingurgité des petits bouts de masques dans ton saumon au beurre blanc. Mais je souhaite juste que tu réfléchisses à tes petits gestes anodins du quotidien; ces mégots que tu laisses sur le trottoir, ces aller-retours inutiles en voiture ou tes balades à moto entre potes, ton nouveau téléphone fabriqué par des petites mains innocentes alors que l’ancien était tout juste dépassé techniquement, tes vêtements que tu achètes pour te donner une belle apparence alors que ce qui est le plus visible chez toi, ce sont tes artifices… Je te souhaite juste de réfléchir un peu à qui tu es, où tu vas et ce que tu laisseras après toi, à part un masque bleu au fond de l’océan.”

    Je m’installe sur mon canapé et j’ouvre une bière en zappant machinalement la télé. Ce n’est pas facile de se faire larguer. D’ailleurs, m’a-telle vraiment largué ? Je vais la relire, sa lettre. Je ne comprends pas. C’est pas comme si j’avais été violent avec elle, ou si je l’avais trompée. En fait, elle ne me reproche rien ! Elle écrit juste quelques détails de ma vie. Quelle conne! Elle n’a rien compris à la vie. Elle doit quand même sacrément se faire chier au volant de sa petite voiture hybride ou en allant faire du vélo en campagne avec ses copines écolo. Elle croit que parce qu’elle à un téléphone qui a trois ans et qu’elle va dans une friperie, elle a des leçons à me donner ? Mais elle a rien compris à la vie. Quelle conne…

    Moi, je profite de la vie. Je sors avec mon beau SUV que je gare devant le bar. Parfois, des filles me regardent et je suis heureux comme ça. C’est moi qui ai tout compris ! Profiter de la vie, c’est pas se faire chier à réfléchir sans cesse à ce qui est bon pour les autres ou pour la planète ! Je m’en fous des autres, moi ! Et puis nous, on a récupéré le merdier que nous a laissé nos parents. Nos enfants, ils vont bien trouver une solution s’ils veulent avoir des enfants à leur tour ! Moi, je m’en fous, je serai plus là ! Et je te l’ai dit: je n’aime pas mes enfants.

     

    Sur ces pensées philosophiques, on entendit le vrombissement d’un gros V6 arriver au loin. Puis un crissement de pneus.

    Le crossover allemand n’a pas pu éviter la maison de Fabrice en contrebas. Ce n’est qu’après quelques heures de recherche que les pompiers ont retrouvé le corps de Fabrice, un morceau de plastique du pare-choc en travers de la gorge.

    Et une lettre d’adieu sur la table, agrafé à un masque chirurgical un peu boueux.

     

    PS: j’ai eu l’idée de ce petit texte cet après-midi du 6 juillet, en allant faire une balade à vélo et en constatant de nombreux masques chirurgicaux dans les fossés. Ces “gros connards” qui font ces gestes aiment-ils leurs enfants ?

    Retrouvez d’autres récits et nouvelles sur mon site: Christophe GREGOIRE

     

    Rédacteur contre mauvais payeur

    Rédacteur contre mauvais payeur

    Rédacteur contre mauvais payeur : comment essayer de s’en préserver ?

    Mon client refuse de payer: comment faire ?

     

    Rédacteur floué: comment se défendre ?

    Les rédacteurs web sont nombreux à se faire voler par un client mauvais payeur. Réfléchissons ensemble à la façon dont nous pourrions nous défendre face à ces mauvais payeurs.

    Rédacteur contre mauvais payeur

    Rédacteur floué: comment se défendre ?

    Rédacteur contre mauvais payeur, un combat de chaque jour pour les rédactrices et rédacteurs web. Les rédacteurs web font un travail remarquable. Il permettent à tout un chacun de lire des pages web, de puiser des informations sur Internet, de lire une fiche produit sur un site ecommerce. Bref, sans eux, l’Internet serait bien fade, voire extrêmement différent de ce qu’il est aujourd’hui. Les rédactrices web et plus généralement tous les rédacteurs, exerçant bien souvent en Afrique, sont les nouveaux esclaves 2.0, comme expliqué dans un article de Christophe GREGOIRE. Souvent sous-payés, les rédacteurs sont aussi très souvent victimes d’un client qui refuse tout simplement de les payer !

    Quel moyen en tant que rédacteur, pour lutter contre un mauvais payeur ?

    Avant toute chose, il y a une relation client-rédacteur qui doit être basée sur des fondations solides. Un client régulier pourra très bien, à son bon vouloir, ne plus payer le rédacteur s’il le souhaite. Le rédacteur doit avant toute chose pouvoir se protéger. Comment ? En étant professionnel.

    Le rédacteur web en micro-entreprise: Si le rédacteur est auto-entrepreneur (statut reconnu en France) ou s’il dispose d’un statut de micro-entreprise dans son pays, ou tout autre statut d’entreprise individuelle, il aura déjà plus de poids pour réclamer son dû. En effet, après une commande de rédaction web, il appartient au rédacteur de rédiger un devis. Le devis comportera différents éléments comme:

    • le type de prestation (rédaction, correction, traduction, relecture)
    • Titre de l’article
    • Nombre de mots
    • Optimisation SEO (ou pas)
    • Date de commande
    • Date de fin des travaux (rendu de l’article)
    • Tarif Hors taxe et/ou TTC selon votre statut
    • Acompte à la signature du devis (cela engage le client)
    • Date limite de paiement
    • Conditions de paiement (Paypal, Mobile Money, Virement bancaire, Western Union ou autre)
    • Pénalités en cas de retard de paiement (par exemple +20% après 30 jours de retard et poursuite pénale éventuelle)

    Dès lors, quand les deux parties se sont mises d’accord par une signature du devis, le rédacteur s’engage à exécuter les travaux de rédaction selon le devis et le client s’engage à régler le rédacteur. En cas de retard ou de non paiement, le rédacteur dispose d’un document légal sur lequel s’appuyer pour faire pression sur son client.

    Un devis est-il obligatoire ? En France, un devis gratuit et personnalisé est obligatoire : soit dès que le montant de la prestation dépasse 100 € TTC ; soit à la demande du client pour une prestation dont le prix est inférieur. Si vous n’optez pas pour un devis et que vous disposez d’un site Internet, vous pouvez tout à fait spécifier les obligations, les engagements du Client, comme du Rédacteur, dans les CGU. Christophe, l’auteur de ce site peut tout à fait vous créer votre site web pour environ 350€ (sans le nom de domaine).

    Le rédacteur web travaille pour une agence de rédaction ou de référencement. Trois situations possibles:

    Droit du rédacteur1: Statut salarié: Si le rédacteur travaille pour une agence de référencement, par exemple en France, celle-ci a le devoir de déclarer le rédacteur s’il est salarié dans son agence. Le rédacteur dispose alors d’un statut de salarié avec tout ce que cela implique: un contrat de travail, une déclaration à l’URSSAF, à la Sécurité Sociale etc. Le salarié aura donc un salaire mensuel, avec un bulletin de salaire.

    2: Statut indépendant: L’agence de rédaction ou de référencement peut sous-traiter ses commandes de clients. Elle fera appel à un Rédacteur Freelance. Celui-ci disposera d’un statut de Micro-Entreprise ou d’entreprise individuelle. En sous-traitant, l’agence de rédaction devra alors payer une facture au rédacteur sur la base d’un devis rédigé par ce dernier.

    3: Le rédacteur web n’est pas déclaré: Parfois, pour ne pas dire très souvent, les rédacteurs ne sont pas déclarés officiellement en tant qu’entreprise individuelle. Bien que ce soit très courant et largement toléré dans bon nombre de pays, en Afrique par exemple, il sera alors difficile pour le rédacteur de réclamer son dû. En effet, aucun document officiel ne vient protéger le rédacteur. Aucun document ne peut prouver le lien entre la personne qui passe une commande et le rédacteur. Le rédacteur ne disposera alors d’aucun recours possible au niveau juridique.

    Le rédacteur web ne dispose d’aucun statut officiel:

    Comme évoqué dans le paragraphe précédent, si le rédacteur exerce son activité de façon illégale, bien que ce soit très courant dans un grand nombre de pays en Afrique par exemple, il lui sera très difficile, pour ne pas dire impossible de réclamer l’argent du client mauvais payeur. Il n’existe malheureusement pas de recours officiel puisque par essence, l’exécution de la commande n’était pas officielle.

    Comment devenir rédacteur web officiellement et trouver des clients ?

    Devenir rédacteur indépendant en créant son entreprise appuiera votre positionnement professionnel. Vous deviendrez alors un Rédacteur Freelance reconnu. Renseignez-vous auprès des administrations officielles de votre pays pour créer une micro-entreprise. Dans un grand nombre de pays, il s’agit simplement d’une formalité administrative. Cette formalité apportera un poids certain à votre activité de rédacteur et vous pourrez alors créer un devis et éditer une facture à une agence de rédacteur ou une agence de référencement. Vous pourrez aussi démarcher des entreprises sérieuses qui seront prêtes à vous payer à la hauteur de votre travail.

    Une agence de rédacteurs a t-elle le droit de sous-traiter en Afrique ?

    Une entreprise, quelle qu’elle soit, a le droit de sous traiter avec toute autre entreprise ou prestataire, y compris à l’étranger. A l’unique condition de régler une facture éditée préalablement par le prestataire. L’agence de rédacteur n’a pas le droit de payer un prestataire sans facture. Ce serait là du Travail Illégal, ce qui est passible d’un Emprisonnement de 5 ans et d’une amende de 15 000 € (par étranger employé). Les peines sont portées à 10 ans d’emprisonnement et à 100 000 € d’amende lorsque l’infraction est commise en bande organisée.

    Rédactrice ou rédacteur, je suis victime d’un article impayé: Comment dénoncer du travail illégal ?

    Que vous soyez en France ou à l’étranger, vous avez la possibilité de dénoncer une entreprise qui refuse de vous payer. Vous trouverez quelques liens ici et voici quelques astuces pour vous défendre:

    1. Rassembler les preuves
    Si vous êtes victime de vol d’un article (ou non paiement de votre article, ce qui revient au même), voire de plagiat. Rassemblez des preuves (captures d’écran, URL, coordonnées de contact, etc.). Ensuite, essayez de régler le problème à l’amiable avec le mauvais payeur. Contactez-le poliment pour lui exposer la situation et lui demander de vous payer ou de retirer le contenu.

    2. A l’amiable ?
    S’il ne répond pas ou s’il refuse de s’exécuter, présentez-lui vos preuves et dites que vous allez entamer une procédure. En parallèle, envoyez une lettre en recommandée avec accusé de réception dans laquelle vous lui notifiez votre demande de retrait du contenu, ainsi qu’une date butoire.

    Cela devrait commencer à inquiéter l’arnaqueur…

    Afin d’enrichir cet article, merci de le commenter en bas de page, de le partager et surtout de réfléchir à une instance permettant de stopper ce fléau afin que la peur change de camp !

     

     

    Felicia Thivenin et Mudjat

    Felicia Thivenin et Mudjat

    Felicia Thivenin donne son avis sur les soupçons d’escroquerie qui pèsent sur Mujdat

     

    Mujdat mis en garde à vue pour escroquerie, l’avis de Félicia Thivenin 

    Mudjat entre les mains de la police pour escroquerieAprès avoir appris les soupçons d’escroquerie qui pèsent sur Mujdat, Felicia Thivenin donne enfin son avis. 

    Mujdat Saglam est celui-là qui a d’abord flirté avec Milla Jasmine. Ayant découvert son infidélité à elle, celle-ci décide donc de le quitter.  En d’autres termes, Mujdat n’était pas différent d’un escroc! Quelque temps après, Mujdat tombe dans les bras de la jolie Felicia Thivenin. Cette dernière ne sera pas aussi épargnée de cette duperie. Ignorant que tout se paie ici bas. Mais avant, jetons un coup d’œil sur la relation amoureuse entre Felicia et Mujdat. 

    Vue panoramique sur la belle histoire d’amour entre Mujdat et Felicia Thivenin 

    Voilà Mujdat qui est actuellement entre les mains de la police pour escroquerie d’une énorme Somme. Il est en garde à vue et la police l’accuse d’escroquerie. C’était une Somme de 2 millions. Après avoir annoncé leur séparation sur les médias, la pauvre Felicia Thivenin a pris la décision d’aller s’installer en Turquie, son pays d’origine, question de mener une nouvelle vie aux côtés de son ex. Felicia Thivenin ne voulait plus être ce dindon de la farce de Mujdat, dans le même sens que ce fameux rédacteur esclave 2.0. Tel est son rêve le plus cher du moment. La partie n’est pas encore terminée ! Malgré leur séparation et cette histoire d’escroquerie, Felicia est prête à tout pour que Mujdat ne périsse derrière les barreaux. 

    Felicia déclare Mujdat non coupable face à cette affaire d’escroquerie?

    Felicia refute les accusations portées contre Mujdat Après avoir appris cette triste nouvelle, la pauvre Felicia Thivenin a préféré garder le silence sur ces accusations d’escroquerie. Quant à Milla, Jasmine, rien ne pouvait être laissé. Pour elle, Mujdat Saglam mérite d’être servi à la hauteur de sa commande. Ces accusations d’escroquerie répondent bien à  ses attentes. Ainsi, a-t-elle déclaré: ” Moi à l’époque, je ne savais rien… Être connu malheureusement ne veut pas dire être gentil ou être en sécurité…J’ai toujours promis d’ignorer les attaques… à ce rythme, je le répète, allez voir les blogueurs, la police…. Cependant, l’enquête sur ladite escroquerie ne fait que s’approfondir. 

    Quand le journaliste Sam Sarah mène sa propre enquête sur Mujdat, le présumé escroc 

    Pendant ce temps, le journaliste Sam Zirah est en train d’apprêter son émission. Alors Milla et Felicia Thivenin sont interpellées pour répondre aux questions concernant cette prétendue escroquerie. C’est la raison pour laquelle le journaliste s’exprime en ces termes : “J’ai sollicité la réaction de ses ex: Felicia et de Milla Jasmine. Felicia m’a dit qu’elle n’était pas au courant pendant leur relation de toutes ces histoires…” 

    Besoin d’un article ? D’un devis ou d’un renseignement ? Contactez-moi ci-dessous:

      Nabilla Benattia dersir d’un troisième enfant

      Nabilla Benattia déclare qu’elle veut faire un troisième enfant 

      Après la naissance de son deuxième enfant, Nabilla Benattia veut déjà d’un troisième enfant 

      Nabilla Benattia dit oui au troisième enfant

      À peine maman, Nabilla Benattia a donné naissance à bébé Leyann et le dersir d’un troisième enfant se pointe aussitôt à l’horizon.

      Nul n’est sans savoir que Nabilla Benattia a eu beaucoup de complications lors de son deuxième accouchement. Donc bébé Leyann. Après avoir publié la toute première photo de ce bébé, plusieurs bad buzz ont plu dessus. Ne pouvant digérer cela, l’influenceuse a été obligé de les supprimer . C’était le cas lorsque Nabilla décide que son accouchement aura lieu  en France; Sans plus tarder, Magali Berdah  se met à défendre sa protégée en ces mots : ” À la base, Nabilla n’habite plus en France.Donc elle ne bénéficie pas de la sécurité sociale…Elle a payé son accouchement. Elle n’a pas de carte vitale. Donc, elle n’a pas de couverture à la sécurité sociale. “ Alors que Nabilla Benattia voulait à tout prix accoucher en France pour ne pas s’éloigner de sa grand-mère.

      Entretien entre Nabilla Benattia et Magali Berdah, l’agent des stars

      Rendant visite à Magali Berdah, l’agent des stars, alors qu’elle venait à peine de donner naissance à bébé Leyann, son deuxième fils, c’est alors que celui-ci lui demande quand est-ce que le deuxième enfant viendra au monde.

      En retour, Nabilla Benattia lui répond clairement que le planning familial recommande au moins 4 ans d’écart et que son souhait le plus cher c’est d’aller chercher une petite fille même s’il arriverait que ce soit un garçon: ” J’irai chercher la petite fille “ a-t-elle déclaré. Eh bien !  C’était pour animer la galerie. Juste après cette déclaration, son chéri Thomas Vergara apparaît dans une vidéo et la créatrice de Shauna Events le taquine comme quoi qu’il veut une équipe de football.

      Thomas se demandait bien si Nabilla serait d’accord avec ce projet. Entre-temps, on se rend compte que la deuxième grossesse de cette future maman au cube lui a apporté beaucoup de kilos.

      Quasi touchée par la boulimie, la future maman d’un troisième enfant nous révèle tout.

      Nabilla Benattia sous régime après son second enfant

       

      Nabilla Benattia, la maman d’un prochain troisième enfant, a beaucoup pris du poids sur le second enfant. Pour cela , elle se bat corps et âme pour que ce problème de kilos soit résolu une bonne fois pour toute, question de ressembler à peu près à certaines icônes de la mode comme Iris Mittenaere, la Miss France 2016. On peut mieux appréhender ceci à travers ces propos adressés à ses followers: ” Là, il me reste des kilos à perdre. Normalement, je fais 56 kilos et là, je fais 66, voire 67 kilos.” Dans la même lancée, Nabilla Benattia leur dit qu’elle est la seule à ressentir ce phénomène de poids. S’il faille regarder cela physiquement, on ne peut faire aucun constat. Tantôt ses articulations lui font mal, tantôt ses jambes et ses pieds gonflent, tantôt elle se sent un peu lourde. Le ventre n’est pas épargné. Malgré cela, la starlette reste optimiste. La jolie maman retrouvera bientôt sa silhouette de rêve.

      Besoin d’un article ? D’un devis ou d’un renseignement ? Contactez-moi ci-dessous: