Rédacteur ou esclave

Rédacteur ou esclave

RÉDACTEUR WEB: ESCLAVE 2.0

Sommes-nous complices d’esclavagisme ?

Rédacteur esclave: un peu de provocation pour se demander si nous, les internautes que nous sommes, sans le savoir, nous contribuons à alimenter le nouvel esclavagisme. Il y a, dans beaucoup d’articles que nous lisons sur le web, des petites mains d’esclaves qui ont écrit ces textes qui promeuvent notre prochain week-end en Bretagne ou la description technique de notre futur vélo sur un gros site marchand.

Je vais donc vous parler aujourd’hui du rédacteur esclave 2.0. Je vais vous parler de leur travail et la raison pour laquelle ils méritent notre attention à nous tous, internautes que nous sommes.

Tout comme moi j’imagine, vous naviguez sur des sites web. Que ce soit pour rechercher des renseignements sur votre prochaine destination de vacances, pour vous éclairer sur la façon de gérer votre ado qui part en vrille, voire pour prendre des renseignements sur un investissement boursier. Le lien entre tout ça ? Des pages web, des articles, qu’il aura bien fallu écrire. Car oui, ne croyez pas que les articles apparaissent sur les sites web sans qu’il n’y ait une intervention humaine au préalable. L’intelligence artificielle a ses limites…

Cela me vient donc à déduire que les renseignements que je prends chaque jour sur le web, la description produit de mon prochain achat sur Cdiscount ou Amazon, ce ne sont pas des articles : ce sont D’ABORD DES ŒUVRES DE L’ESPRIT.

Ne croyez pas que les propriétaires de sites écrivent 100% de leurs articles. Ne croyez pas qu’à la FNAC, il y ait du petit personnel dans les arrières pour rédiger la description de votre prochain écran plat. Non. Ces sociétés font appel à des « agences de référencement », des « référenceurs », ou directement des « rédacteurs web ». Cela va du gros site e-commerce en passant par le petit site vitrine pour promouvoir l’activité de peintre en bâtiment du quartier.

Car oui, pour qu’un site web soit visité, il faut qu’il ait du contenu DE QUALITÉ. Et ce n’est pas forcément ce peintre en bâtiment qui, le soir après sa compta, va se coltiner un article optimisé de 2500 mots pour apparaître dans les premiers résultats de Google. Car de la même façon que peintre en bâtiment est un métier à part entière, rédiger un article pour le web est également un métier : celui de « Rédacteur web ». Chacun ses compétences. Et si la plus grande partie des sites web sont invisibles aujourd’hui, c’est entre autre parce que le contenu est de mauvaise qualité, quand il n’est pas carrément absent.

Quelle solution pour se faire connaître avec son site web ?

– Premier cas de figure : Continuer à écrire 25 mots pas toujours bien orthographiés et ne respectant aucune règle propre à ce que demandent les moteurs de recherche. (Vous, je ne sais pas, mais moi, lorsque j’arrive sur un site web et qu’il y a des fautes, où je dois relire le paragraphe 3 fois parce que je ne comprends rien, c’est simple, je m’en vais)

Dans ce cas-là, il y a de fortes chances pour qu’au bout de deux ou trois ans, le site web soit abandonné par son propriétaire car il sera invisible. On verra donc ce pauvre peintre se faire dépasser par des concurrents qui eux, ont un site web digne de ce nom.

– Deuxième cas de figure : Il va rechercher la raison pour laquelle son site est invisible. Il va donc faire appel à une « agence de communication », « une agence de référencement » ou un rédacteur web indépendant.

À qui confier la rédaction d’un article ?

Bon. Des rédacteurs web indépendants, c’est comme dans tous les domaines : il y a une petite partie de très bons, ceux qui ont déjà leur clientèle grâce à la qualité de leur travail reconnue de tous. Et il y a tous les autres. Ceux qui sont rédacteur de fin de mois, ceux qui sont rédacteur à défaut d’être commerçant ambulant ou femme de ménage. Ceux qui ont un ordi, qui savent aligner 10 phrases corrigées par leur logiciel et qui ont trouvé là un moyen de se faire quelque menue monnaie. Mais il y a un truc que son ordi n’a pas : le talent. Ce n’est pas parce que vous avez fait une tarte aux fraises mangeable (et tout juste présentable) que vous êtes pâtissier.

Pour revenir à nos moutons et surtout à notre exemple, le peintre, il va être horrifié quand il va voir qu’un article de qualité c’est le prix de 2 pots de peinture de 15 kg. Là, il a 2 solutions : soit il sait que c’est certainement un bon investissement et que son site va gagner en visibilité, soit il va tirer sur les prix. Il faut qu’il sache, quand même, que pour ma part, si j’ai seulement 50€ à consacrer pour faire repeindre mon salon, je risque fort de tomber sur un type qui va me barbouiller mes murs et en mettre partout. Résultat, j’aurai perdu 50 balles, je vais devoir refaire le boulot et en plus, je dirai que les artisans peintre, ils font de la m…

Quelle solution pour faire rédiger son article?

Une autre solution ? Il va faire appel à une agence de communication digne de ce nom. Cette agence va se charger de tout : de revoir, voire de refaire le site web, les photos et de CRÉER UN CONTENU DE QUALITÉ. Ce sont d’abord des communicants, non ? Ces agences, elles peuvent avoir leurs propres rédacteurs, de métier, ou faire appel à des rédacteurs indépendants, de métier eux aussi. Là, la qualité du rendu, le contenu des articles, tout cela sera à la hauteur de la facture. Mais il faut savoir ce que l’on veut. Si j’achète un tee-shirt à 3€, je ne vais pas aller râler parce que personne ne se retourne sur la qualité de ma tenue vestimentaire et qu’il est déformé au bout de 3 lavages. Bref. Mais au final, que va t-il se passer ? Eh bien les moteurs de recherche vont remonter le site dans leurs résultats, le site du peintre va avoir plus de visites et potentiellement plus de clients. Et deux clients plus tard, il a largement amorti son investissement et ce, pour longtemps !

Quand aux agences de référencement, ou référenceurs, c’est un peu différent. Là encore, je n’irais pas jusqu’à dire qu’ils font de la merde, mais c’est comme les melons : il va falloir en tâter plus d’un pour trouver le bon. Le problème, là aussi, c’est qu’on en a une bonne palanquée qui se disent référenceurs mais dans les faits, c’est autre chose. Il est assez facile de mettre sur son site web des logos de grandes entreprises, de soit-disant « références ». Pour ma part, en 10 minutes, je vous insère sur mon site les logos de Carrefour, Total et Sony et je dis que c’est moi qui m’occupe de leur visibilité. Donc, il existe un nombre vraiment considérable de zigotos qui se disent « agences de référencement ». Ils vont même proposer des prix imbattables. 10 ou 20€ les 10 articles, soit disant « optimisés pour les moteurs de recherche ». Ces gens-là, ils sont tellement doués, qu’ils vendraient du sable à un touareg et des santiags à un cul-de-jatte.

Et le problème, c’est que oui, vous allez payer ce prix là ! 20€ les 10 articles ! Je suis pas très bon en math, mais ça doit faire à peu près 2€ l’article. Un article de 1500 mots. C’est à dire 2 pages A4.

Donc, comment font ces « agences de référencement » pour vous proposer des articles à ce prix là ? c’est là que ça se corse… En fait, c’est assez simple. Et je risque de vous choquer si je vous dis que nous sommes tous complices d’esclavage, sans le savoir. Qu’en allant sur le web pour faire nos recherches sur nos prochaines destinations de vacances, ou quand on lit un article sur la santé, voire sur la pauvreté dans le monde, il y a de fortes, et même très fortes chances pour que cet article ait été écrit par des petites mains, souvent bronzées, la plupart du temps en Afrique de l’Ouest ou à Madagascar. Attention, je ne critique nullement les rédacteurs africains et la qualité de leur travail ! Comme en France et partout ailleurs, il y a de bons et même très bons professionnels et des charlatans qui manient le verbe comme moi je pourrais manier un bistouri sur une table d’opération. Non, le problème, c’est le tarif proposé, ou plutôt imposé, aux rédacteurs africains.

10 Euros un article de 1000 mots, c’est de l’esclavagisme

Rédacteur esclave

Rédacteur esclave 2.0

Des agences de référencement en France, en Europe, des blogueurs ou de simples propriétaires de sites web ou sites e-commerce font appel à des rédacteurs sur les réseaux sociaux. Pire encore, des soit-disant rédacteurs ou “agences de rédacteurs” en France ou en Europe (j’ai quelques adresses de sites que je ne publierai pas ici) sont les premiers esclavagistes du web. Sans toujours s’en douter.

Leur méthode ? Elle est très simple. Ils se présentent comme “Rédacteur web” ou “Agence de référencement naturel”. 

Ces agences proposent leurs services sur leur site web. Ils promettent à leurs clients (blogueurs, propriétaires de sites web) de créer du contenu (articles de contenu, communiqué de presse). Prestations qu’ils vont facturer 70, 100 ou 250 Euros H.T. à leur client, pour un ou plusieurs articles de 700, 1000 ou 2500 mots. Le client, lui, n’est nullement informé de ce qui se cache derrière cette prestation. L’agence web va donc “sous-traiter”, sans toujours se douter qu’ils font appel à un rédacteur esclave: ses rédacteurs habituels (souvent au Bénin ou à Madagascar) ou à des rédactrices web sur Facebook par exemple.

Incriminer un système

Il n’est pas ici question de pointer du doigt les agences de rédacteurs ou de référencement. La sous-traitance fait partie du système depuis longtemps. Ce qui peut toutefois être contestable, c’est la méthode: tirer les prix vers le bas, pour ne pas dire en sous-sol, jusqu’à 0.005€ le mot (si, si), soit 5€ pour un article de 1000 mots et revendre cet article 80€, c’est là extrêmement immoral. Dans ce cas, il est facile de mettre en avant, sur son site, que l’on peut produire des dizaines d’articles chaque jour ! Cette agence de rédacteur semble oublier qu’écrire un article de 1000 mots sur un sujet que l’on maîtrise peu, c’est parfois deux ou trois heures de navigation sur Internet (sans compter les coupures de réseau GSM ou d’électricité fréquentes en Afrique) et penser, écrire et corriger un article de 1000 mots, c’est largement une heure de travail. Au strict minimum, le rédacteur esclave en Afrique, aura passer 3 heures à écrire un article pour 5€, alors qu’en Europe, il aurait gagné largement 10 fois plus…

Le rédacteur esclave n’a pas le choix

Des milliers, voire des dizaines de milliers de personnes, sur Facebook ou ailleurs, se déclarent “rédacteurs web”. Il y en a. De vrais rédacteurs web, qui font un travail d’un grand professionnalisme. Mais il y a également de simples internautes qui ont faim. Et qui sont prêt à écrire, sur un téléphone mobile, un article de 1500 mot qu’ils revendront 5 Euros à un rédacteur en France. Quand on a faim, on est prêt à cela. Et les agences de référencement, les rédacteurs français le savent bien. Ce sont eux les esclavagistes du web. Ce sont eux les complice de cet esclavagisme du 21ème siècle. EUX LES COUPABLES ! 

Quelle solution pour ne pas cautionner cet esclavagisme des temps modernes ?

Que ce soit en France, en Belgique, au Bénin ou à Madagascar, écrire un article de contenu pour un site web, c’est d’abord un travail: une oeuvre de l’esprit. Bien que l’on soit tous vigilent sur notre budget, tout travail mérite salaire. Au-dessous de 0.04€ le mot, vous êtes déjà complice d’esclavagisme.

Cet article, écrit par Christophe GRÉGOIRE, comporte 2021 mots. Il a été rédigé en 3h20.

 

 

 

 

Comment rédiger un communiqué de presse ?

Comment rédiger un communiqué de presse ?

Conseils pour écrire et publier un communiqué de presse

Comment écrire un communiqué de presse ?

Voici quelques conseils importants pour rédiger un communiqué de presse sur des sites proposant ce service. Ensuite, vous pourrez publier votre communiqué sur notre site. Et il est important de conserver à l’esprit qu’un communiqué de presse fait partie intégrale du référencement d’un site web, aussi appelé SEO. Un bon communiqué vous permettra de rendre un site ou une page web très visible sur les moteurs de recherche !

– Le plus important: le contenu dans votre communiqué de presse

Le contenu est essentiel. Gardez en tête qu’un bon communiqué de presse contient de l’information. Si vous souhaitez annoncer par exemple un nouveau produit (voir cet article sur le copywriting), orientez le contenu de votre communiqué sur les avantages dudit produit.

– Utiliser un langage courant

Pour une meilleure visibilité d’un communiqué de presse, employez un langage correct, qui soit accessible à tous. Les visiteurs doivent pouvoir lire et comprendre votre message.

– Orthographe et Grammaire d’un communiqué

Ne pas oublier que le Communiqué de Presse est avant tout votre image: il sera diffusé et lisible partout sur les moteurs de recherche, dans les réseaux sociaux. Sa rédaction doit être la meilleure possible, sans toutefois être littéraire. Attention notamment à vérifier :

  • Orthographe
  • Ponctuation
  • Syntaxe, grammaire et conjugaison

Nous pouvons vous venir en aide, voire même rédiger votre Communiqué de presse.

– La fréquence de publication des communiqués de presse

Si possible, écrivez un communiqué régulièrement, même si c’est tous les mois ! Il est toutefois important que chaque article de presse soit différent; vous perdriez tous les bénéfices de visibilité si vous faites un copier/coller !

– Utiliser des images et logos dans un communiqué de presse

Photos et logos vont accroître la visibilité du message. La plupart des systèmes permet d’ajouter facilement et rapidement tous éléments graphiques à un communiqué de presse gratuit.

Savoir rédiger un communiqué de presse– Conseils pour le titre

Un bon titre de communiqué de presse accroche l’internaute dès le premier coup d’œil. C’est à partir de cet élément purement visuel que l’internaute, inconsciemment, va poursuivre ou non sa lecture. Tout se joue en moins de 3 secondes ! Le titre doit donc être accrocheur et de préférence court. Si ce titre peut contenir des “mots-clés” en lien avec le contenu de votre communiqué, ce sera forcément un plus non négligeable !

– La structure d’un communiqué de presse de qualité

La rédaction d’un communiqué est soumise à des règles.

  • Le titre du communiqué de presse : voir plus haut.
  • Le sous-titre ou “chapeau” (souvent écrit chapô dans le milieu de la presse): Le chapô est un petit paragraphe qui se place sous le titre et au-dessus du corps du communiqué de presse. Après le titre accrocheur, l’objectif du chapô est de résumer, en quelque sorte, le contenu du message. Il “donne le la” au contenu qui va suivre.
  • Le corps du communiqué de presse : c’est la partie la plus importante d’un communiqué de presse. Se mettre toujours à la place du lecteur: intéressez-le, voire même passionnez-le ! Donnez-lui l’envie d’en savoir plus sur votre produit, votre entreprise. Donnez-lui envie de vous contacter juste après (ou pendant) sa lecture.
  • Contacts. La plupart des systèmes de communiqués permet à l’internaute de vous contacter. Profitez de cet article pour insérer un formulaire de contact. Mettez-y toutes les infos qui lui seront nécessaires: numéro de téléphone (au format international), horaires d’ouverture si vous recevez physiquement la clientèle etc. Tout comme dans cet article, et comme vous le faites (ou devez le faire !) en écrivant sur un logiciel de traitement de texte, il est important d’utiliser un “formatage” pour séparer les différents paragraphes de votre message. Cela permet d’aérer le texte et donc d’en faciliter la lecture.

Pour conclure : rendre un communiqué de presse intéressant !

Encore une fois, metez-vous à la place de l’internaute qui découvre votre texte. Au besoin, faites-le lire à votre entourage. Les conseils de vos proches, surtout ceux qui ne connaissent pas votre activité de l’intérieur, sont primordiaux ! Veillez à insérer des mots-clés, d’autant plus dans le titre. Utilisez les caractères gras, les italiques etc.. Le maître mot: accrocher les visiteurs ! Et comme on est sur l’Internet, vous accrochez ainsi les moteurs de recherche !!!

Si vous n’êtes pas sûr de vous…

Vous pouvez nous demander de rédiger un communiqué de presse depuis votre “brouillon”. Il vous en coûtera 30€ (pour une durée de diffusion illimitée) mais vous aurez ainsi l’assurance d’un communiqué de presse porteur ! Vous pouvez également nous demander d’effectuer les corrections orthographiques et grammaticales, pour quelques Euros.

Vous avez apprécié cet article qui vous rapportera beaucoup ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !

Emploi rédactrice web ou rédacteur web en Afrique

Envie de devenir rédacteur web à temps libre ?

À l’aise avec la langue française ?

Envie de devenir rédacteur web ? Nous recherchons des rédacteurs web ou rédactrice web pour notre site Article Invité.

Concrètement, comment devenir rédactrice web ou rédacteur web ?

Très simplement, il vous suffit de vous inscrire sur le site et de commencer à rédiger pour vous faire connaître ou mieux, de vendre vos articles ! . Dès lors, l’administrateur du site vous allouera des privilèges de rédacteur et vous pourrez attendre les demandes des clients. Vous bénéficierez alors d’une interface où vous pourrez publier votre premier article !

Comment demander un contenu web ?

Vous êtes une entreprise ou une startup? Vous avez besoin de Contenu Web ? Que votre demande de projet soit optimisée SEO ou pas, Rédacteur Web Freelance met à votre disposition son équipe de rédacteurs pour répondre à tous vos projet de contenus de qualité au prix de l’Afrique !

 

Méthode de paiement en tant que Rédacteur

Méthode de paiement en tant que Rédacteur

Quelle méthode de paiement pour un Rédacteur ?

Méthode de Paiement des rédacteurs

A qui s’adresse Article Invité ? ?

Article Invité est une plateforme gratuite pour les rédacteurs sans SIRET ni compte Paypal. Mais une méthode de paiement pour rédacteur reste obligatoire pour se faire payer. Contrairement à d’autres plateformes de rédaction plus connues, nous n’imposons pas au rédacteur d’avoir une entreprise avec un numéro de Siret ou même, d’avoir un compte paypal.

Bien que le numéro de Siret, (spécificité française) donne une image professionnelle à l’activité de Rédactrice ou Rédacteur, ce n’est pas un critère obligatoire pour être inscrit sur notre site Article Invité et vendre des articles de contenu. N’imprte quel rédacteur, même amateur, peut s’inscrire sur notre site: tout le monde possède la même chance. Même si, en finalité, le client choisira un article selon la qualité rédactionnelle du rédacteur ou copywriter.

Que choisir comme méthode de paiement dans “Mon Profil” ?

Méthode de paiement pour rédacteurDepuis votre espace perso, vous pouvez indiquer la méthode de réception de paiement de votre choix: paiement par Paypal ou par virement bancaire, en entrant votre IBAN.

Paiement par Paypal:

Si vous n’avez pas de compte Paypal, vous pouvez en créer un gratuitement directement sur le site de Paypal. Vous bénéficiez également d’une aide en ligne pour créer un compte Paypal. Si vous résidez en Afrique, vous ne pourrez pas retirer directement votre solde Paypal. Il vous faudra passer par un service comme DenelPay (l’un de nos services web) pour recevoir votre argent paypal par Mobile Money ou en espèces près de chez vous. Un article spécifique aux méthodes de paiement pour les rédacteurs en Afrique se trouve ici.

Merci de me fournir par mail ou par WhatsApp votre adresse email de compte Paypal.

Paiement par virement bancaire:

En entrant votre IBAN et le BIC, vous pourrez recevoir votre argent directement sur votre compte bancaire, partout dans le monde. Toutefois, vers les pays en dehors de l’Europe, des frais supplémentaires sont à prévoir. Si vous n’avez ni compte bancaire, ni compte Paypal, peut-être pouvez-vous faire confiance à un proche qui en disposerait…

Pourquoi utiliser un moyen de paiement sur Article Invité ?

Bien que la plateforme pour rédacteurs soit tout à fait utilisable sans devoir entrer un moyen de paiement, cela s’imposera toutefois si vous voulez vendre un article. En effet, lorsque le client aura ajouté votre article à son panier, prêt à régler son achat d’article de contenu, vous recevrez directement votre argent sur votre compte Paypal à hauteur de 80% du prix de vente. Il est donc primordial d’entrer une méthode de paiement sur notre plateforme.

 

Paypal en Côte d’Ivoire

Paypal en Côte d’Ivoire

Paypal en Côte d’Ivoire

Quelle solution de paiement Paypal en Afrique ?

 

Créer un compte Paypal

Que ce soit en Côte d’Ivoire ou partout ailleurs, il est tout à fait possible de créer un compte Paypal. Une fois créé, vous pourrez profiter de votre compte pour recevoir des paiements, ce qui peut être bien pratique lorsque l’on est freelance en Côte d’Ivoire et que l’on travaille avec la France ou ailleurs en Europe. Profiter de ce compte Paypal, oui, mais malheureusement, pas pleinement !

Paypal en Côte d'IvoirePourquoi Paypal fonctionne mal en Côte d’Ivoire ?

Comme ses voisins le Bénin, le Togo, le Burkina ou le Sénégal, la Côte d’Ivoire n’est pas mieux lotie avec Paypal. En effet, la firme américaine n’a pas signé d’accord avec les grandes banques africaines. C’est pourquoi vous pouvez tout à fait recevoir de l’argent sur votre compte Paypal en Côte d’ivoire, mais ce compte ne peut pas être relié à votre compte bancaire, votre carte bleue etc. C’est donc un réel frein pour le e-business en Côte d’ivoire.

Quelle solution pour retirer de l’argent Paypal en Côte d’Ivoire ?

Heureusement, une solution existe pour vos retraits Paypal partout en Afrique. DenelPay est un service de paiement Paypal sur Mobile Money. Que vous soyez chez MTN ou Orange Money, vous pouvez vous faire un retrait Paypal sur Mobile Money. Il vous faut pour cela faire appel à un DenelPayer qui acceptera de vous faire votre transfert d’argent sur MTN ou Orange Money. Les DenelPayers, c’est le nom donné aux “payeurs” qui se trouvent le plus souvent en France et qui peuvent vous faire ce virement directement sur votre mobile.

Combien coûte un transfert d’argent Paypal sur Mobile Money ?

Les frais de transfert d’argent sont au prorata de la somme à envoyer en Côte d’Ivoire. Entre 3 Euros pour une petite somme, cela peut monter à 25 Euros si vous souhaitez retire par exemple 500€ ! De plus, la plupart du temps, le Denelpayer vous prendra une petite commission, le plus souvent entre 5 et 10%.

Est-ce sécurisé ?

Comme partout sur le web, il faut s’assurer que les sites sur lesquels vous allez soient en https plutôt que en http. Dans l’URL de la page du site, il est important que vous y voyiez le petit cadenas en haut à gauche. De plus, que ce soit le site DenelPay ou les sites de transferts d’argent, ils ont tous une sécurité accrue: condition incontournable pour ce type d’activité.

Maintenant, plus aucun frein pour jouer avec la bourse, les crypto-monnaies !

Pourquoi Article Invité ?

Pourquoi Article Invité ?

ARTICLE INVITÉ: POURQUOI CE SITE ?

Un site dédié aux articles de contenu: pour quoi faire ?

À Axel, le premier rédacteur à s’intéresser au concept du site Article Invité ainsi qu’à la méthode que j’allais utiliser pour faire de ce site un projet viable. Je répondais donc ceci:

Merci de vous inquiéter du développement de mon idée. Je ne vous cacherais pas que sur ce coup là, je travaille très différemment de mon habitude. Habituellement, j’ai un projet de site correspondant à un besoin. Ce fut le cas par exemple de DenelPay.  Je me crée mon cahier des charges manuellement et ensuite, je me lance dans la conception même du site.

Là, je procède différemment. Cela fait longtemps que j’exploite les articles invités sur l’ensemble de mes sites car cela correspond à un besoin pour le référencement de site. En tant que webmestre, je sais combien les articles d’une part et la qualité rédactionnelle d’autre part sont important pour le SEO.

Début du projet Article Invité

Écrire un article invitéEn parallèle à tout cela, je suis tombé sur un nom de domaine qui était libre: articleinvite.com. J’ai donc commencé par réserver ce nom de domaine, et ce n’est qu’après que je me suis questionné sur ce que je pourrais mettre dedans. A côté de tout cela, étant co-fondateur d’une agence de communication à Cotonou, où nous travaillons avec une vingtaine de rédacteurs, je sais que les rédacteurs, bien que talentueux pour certains (mais pas tous, bien entendu), ont de grandes difficultés à trouver du travail. Et pour avoir moi-même fait appel à des rédacteurs, je me suis aperçu que ceux qui répondaient très vite aux appels d’offre n’étaient pas forcément les plus talentueux ! Car sur les réseaux sociaux et Facebook en particulier, il est très courant de voir des personnes qui se disent “rédacteur web” alors qu’il ne le sont pas: il suffit parfois de lire leurs rapides réponses pour s’apercevoir qu’ils sont très loin d’être rédacteurs. Partant de ce constat là, je souhaite mettre en avant les “vrais rédacteurs”: ceux qui sont en capacité d’écrire un article en respectant la langue française et les règles du SEO; ce qui fait déjà la base d’un rédacteur. C’est pour cette raison que je propose aux rédacteurs de prouver qu’ils le sont vraiment, en publiant un ou plusieurs articles sur mon site: pour se présenter, dire sur quels sujets ils peuvent travailler tout en démontrant leurs qualités rédactionnelles. Cela leur donne des chances de trouver des clients contrairement à d’autres, qui pourraient répondre à des appels d’offre, mais qui sont incapables malgré tout de satisfaire un client, parce qu’ils ne sont pas plus rédacteur que moi, je suis mécanicien. Mais je sais combien certains ont besoin d’argent. Leur réaction est très humaine, mais elle n’est pas acceptable d’un point de vue professionnel.

Côté rédacteur: Gagner en productivité

Avec ce site, je suis parti sur un projet qui n’est pas encore totalement ficelé, même si j’ai les grandes lignes:

– donner des chances aux vrais rédacteurs de travailler (principalement les rédacteurs africains, mais pas seulement)

– permettre aux rédacteurs en Afrique de s’inscrire sur un site SANS avoir pour autant un numéro de Siret (ce qui est imposé la plupart du temps sur des plateformes françaises)

– permettre aux rédacteurs de pouvoir se faire payer par Paypal grâce à l’un de mes autres sites (DenelPay)

– permettre aux rédacteurs de gagner en productivité: car écrire des sujets d’avance et les mettre en vente sur la plateforme e-commerce, les écrire quand on a le temps, sur un sujet de son choix, c’est bien plus confortable me semble t-il que de devoir répondre en urgence à une commande dont on ne maîtrise pas le sujet, où il faut aller à la pêche aux informations sur le web: parfois pas mal d’heures de recherche pour écrire un texte qui sera vendu 10€, c’est inacceptable dans notre monde moderne.

Côté client: disposer rapidement d’un article de contenu sur catalogue

– permettre aux clients (certes, une autre clientèle que d’habitude) de “piocher” parmi un catalogue d’articles déjà écrits et exploitables 3 minutes après l’avoir acheté. Cela permet à certains sites de le “remplir”, apporter du contenu, parfois varié, mais c’est nécessaire pour surtout de jeunes sites qui manquent cruellement de contenu pour être visibles par les moteurs de recherche. Si on prend par exemple un peintre en bâtiment qui dispose d’un site vitrine, son job à lui, c’est de peindre, de faire des devis, des factures. Mais pas d’écrire ! Et si son site est parfois invisible, c’est parce qu’il manque de contenu. Et s’il peut acheter du contenu lié à la peinture qu’il pourra mettre sur son site 5 minutes après avoir acheté cet article, ce sera tout bénéfice pour lui ! Bien sur, avec ce site, je ne vise pas une clientèle qui demandera un article très pointilleux et très argumenté pour un domaine technique précis. Mais ce client là, il pourra passer une commande quand même… (dans l’avenir)

Comment positionner Article Invité ?

Après tout cela, il y a deux autres choses importantes quand on dispose d’un site:

– le faire connaître. Faire connaître un site, l’installer sur les moteurs de recherche, cela prend du temps. Au minimum plusieurs mois. A moins d’utiliser la publicité comme Google Ads (qui coûte très cher), il faudra plusieurs mois avant que le site ne soit réellement visible sur les moteurs. Mais je vais pour cela “utiliser” les rédacteurs: ils feront le travail à ma place, et ce, dans LEUR intérêt. Aussitôt qu’ils auront publié un article, ou mis un article sur le catalogue, ils auront la possibilité de le partager sur les réseaux sociaux pour pouvoir “se montrer”, promouvoir leur talent ou leur article qu’ils mettent en vente. Il sera dans leur intérêt de partager leur travail sur différentes plateformes (d’autres sites, Facebook Twitter, Insta etc etc…). Et c’est ainsi, que de fil en aiguille, le site se fera connaître peu à peu.

De plus, je n’oublie pas que le groupe Facebook Rédacteur web freelance dont je suis l’admin (sous le pseudo de Giuseppe Taglietti) dispose de 8800 abonnés à ce jour, rédacteurs ou clients, qui pourront utiliser ce service.

Je suis abonné à 2 groupes Facebook de professionnels du web (principalement des référenceurs ou blogueurs) qui attendent ce genre de site, et surtout sa gratuité. Le plus difficile au départ, sera de les convaincre de publier sur un site qui ne dispose pas encore de vues à cause de sa jeunesse. Et c’est pour cette raison que je proposerai ce service, au départ gratuitement. Cela fera du contenu sur mon site pour l’asseoir sur les moteurs de recherche. Ensuite, lorsque le site disposera de bien plus de visibilité, je n’exclue pas de devoir faire payer les référenceurs pour y publier un article invité, comme cela se fait sur d’autres sites.

– le rentabiliser. Là, de ce côté là, je ne suis pas très exigent: j’ai déjà un salaire mensuel et bien que l’on ait toujours besoin d’argent, je ne fais pas ce site pour l’argent.

Il faut se rappeler, par exemple pour vous en tant que rédacteur, que ce site n’est pas une fin en soi. Il ne faut pas trop en attendre, surtout au début. Il est un outil de plus, pour les rédacteurs, pour leur permettre de trouver des clients. Comme je le disais en préambule, “écrire un article sur le sujet de son choix, que l’on maîtrise, et le mettre en vente”, c’est pour moi du temps qui n’est pas perdu. Même si vous n’obtiendrez pas forcément la vente de cet article dans la semaine, cela peut très bien être 3 mois plus tard, au moment où vous ne vous y attendez pas. Mais vous pouvez écrire sur votre temps libre et investir sur l’avenir plutôt que d’attendre le client et passer beaucoup de temps à faire des recherches sur un sujet que vous ne maîtrisez pas encore.

Mettre en avant les vrais talents chez les rédacteurs web

C’est une autre façon de travailler. Et c’est pour moi, un outil pour mettre en avant les vrais talents, même s’ils ne sont pas des professionnels avec un numéro de Siret, ce que demandent, à ma connaissance, toutes les plateformes de rédaction en France…